Christine de Pisan

Christine de Pisan

mardi 19 juillet 2022

Emmanuel Darles : Livre sur les mesures anticovid subies par les enfants


A lire d'urgence par tous les parents.

 



Livre terrible sur les souffrances des enfants, infligées sciemment ou par négligence inexcusable par les adultes.

Livre pouvant être commandé par le site de l'auteure : emmanuelle.darles.fr

Existe aussi en Ebook 


Présentation de l'auteure par elle même :

Quelques mots sur moi

Comme je n’aime pas parler de moi, je vais faire court.

Je suis enseignante-chercheuse et Docteure d’Etat en Informatique spécialisée en simulation numérique et modélisation. Maman de deux jeunes enfants.

Depuis septembre 2020, je m’interroge et j’analyse les chiffres disponibles dans les bases de données officielles afin de mettre en lumière l’impact des mesures sanitaires sur les enfants et les adolescents. A ce titre, nous avons produit différentes études avec Vincent Pavan, (enseignant-chercheur à l’Université d’Aix Marseille) à la demande d’avocats et de plusieurs collectifs afin de déceler des signaux d’alerte concernant les mesures gouvernementales sur la santé des enfants (masques, vaccins Covid19)

Nous avons été auditionné durant la commission d’enquête parlementaire sur les effets secondaires.

Membre permanent du Conseil Scientifique Indépendant créé en janvier 2021 par la Coordination Santé Libre et porté par les voix des Docteurs Louis Fouché et Eric Menat, j’oeuvre donc avec ma plus grande ferveur pour que les intérêts supérieurs des enfants soient préservés dans cette crise sanitaire. 


dimanche 17 juillet 2022

Par "OU est mon Cycle ? " : réponse à Libération

 

Le journal Libération a publié sur l'association de victimes des "vaccins anti covid" "Ou est mon cycle ?", un article particulièrement abject envers des victimes qui tentent de trouver de l'aide, comme il y a quelques décennies, les victimes du VIH l'avaient fait. 

Nous souhaitons les soutenir en copiant ici la réponse de l'association "OU est mon cycle" à ce journal.

Collectif « Où est mon cycle ? »

Communique de presse

 14.07.2022

 Réponse au « Check News » de Elsa de la Roche Saint-André paru dans Libération du 09.07.2022

 

https://www.liberation.fr/checknews/comment-ou-est-mon-cycle-collectif-covidosceptique-sest-fait-une- place-parmi-les-interlocuteurs-de-lansm-20220709_6CDC6BKAQNBLFOFA4UCFVNPLJY/

https://www.ouestmoncycle.com/

 

 

Droit de réponse : le déni de souffrance est un déni d’humanité.

Cet article du 9 juillet consacré à l’association « Où est mon cycle » nous a interpellé à plus d’un titre sur la manière de traiter l’information par votre journal.

En effet, plutôt de que d’effectuer une analyse objective des raisons d’être du collectif, de ses objectifs et du sens profond de son message, l’autrice a principalement remis en question la personnalité des acteurs derrière ce collectif, en termes souvent douteux et partiaux.

L’article se perd également en long et en large dans une recherche poussée des liens entretenus par le collectif et sa créatrice, Mélodie Féron, avec des figures de la sphère dite « complotiste » ou

« anti-vax », n’hésitant d’ailleurs pas au passage à décrédibiliser ou tourner en ridicule, à tort ou à raison, certaines de ces liaisons.

C’est une technique : détourner l’attention sur les personnes, les liens… plutôt que traiter le fond du sujet : « Qui est cette association qui veut faire entendre sa voix ? »

En effet, Mélodie Féron et toutes celles qui apportent leurs témoignages à l’Association n’avaient strictement aucun lien avec les mouvements « covido-sceptiques » ou « anti-vax ».

Que du contraire ! Ces femmes se sont toutes fait vacciner en toute confiance ! ! ! Elles ont écouté et suivi le message des autorités ! Se voir assimilées à des « complotistes » ou des « anti-vax » a dû s’en faire étrangler plus d’une.

Car c’est, dûment vaccinées (!), quand leurs symptômes sont apparus et qu’elles ont demandé aux instances médicales et scientifiques de prendre en compte leur situation de santé qu’elles se sont heurtées à un déni total de ce qu’elles vivaient.

Leurs demandes d’analyses et d’expertises scientifiques sont systématiquement refusées.

 

Comment faire autrement alors pour se faire entendre que de chercher de l’aide auprès des personnes qui acceptent de vous écouter et de relayer votre message ?

Et c’est ainsi que des citoyennes, uniquement demandeuses de vérité et d’expertise scientifique, se voient assimilées aux sphères « complotistes ».

Il est facile aussi de critiquer les manquements juridiques et autres de l’Association, qui sont réels, mais qui illustrent bien l’inexpérience de ces femmes propulsées malgré elles sous les projecteurs et obligées de jouer des rôles auxquelles elles ne s’attendaient pas.

« Où est mon cycle » rassemble déjà plus de 5000 témoignages de femmes attestant de troubles de leur cycle menstruel suite à la vaccination contre la Covid-19. Des femmes jeunes et moins jeunes qui attestent de leur situation dans une procédure encadrée juridiquement.

Elles n’ont rien à gagner de s’exposer ainsi publiquement. Elles se sentent seules, oubliées face à leurs maux, ignorées par la médecine qui, tout en tentant de les soigner, traîne des pieds à ne fut- ce qu’envisager d’en rechercher la causalité.

 

Elles sont négligées et raillées par la presse qui préfère utiliser des amalgames douteux, de traiter des gens vaccinés d’anti-vax plutôt que de s'intéresser au fond du problème.

Mélodie Feron ne fait rien d'autre que d'offrir un espace d'expression et de témoignage à ces femmes en détresse et qu’on ne veut pas entendre. Le nombre de témoignages, et l'intérêt suivi des réseaux sociaux pour ceux-ci, laisse présager d’un problème d'une ampleur largement sous- estimée, et qui dépasse nos frontières.

Il serait donc juste et normal que nos institutions (ANSM, Sénat, Parlement européen) se saisissent de ce sujet sensible, et entament une analyse approfondie et un débat transparent. C’est leur devoir démocratique envers les citoyens et les citoyennes.

Face à une campagne de vaccination inédite par ses proportions, par sa technologie novatrice, par sa répétition effrénée d’injections, par sa durée jamais vue auparavant, il n'y a rien de complotiste à vouloir entendre et prendre en considération attentivement la parole de ces nombreuses femmes. L’avantage est évident : permettre à ce sujet vital un débat neutre et ouvert.

Dans un contexte où cette même vaccination nous montre ses faiblesses face aux transmissions et aux infections, qu’elle n’est pas sans conséquences sur notre santé, il est plus que temps de remettre la balance bénéfices/risques individuelle au cœur du débat démocratique.

Le déni de souffrance est un déni d’humanité !  "

samedi 2 juillet 2022

Appel du Dr Robert Malone, inventeur du vaccin a ARNmessager, à NE PAS VACCINER LES ENFANTS

 


Transcription de la déclaration du Dr Malone :

Je m'appelle Robert Malone. Je suis un médecin et scientifique, mais plus important encore, je suis père et grand-père. Je n'ai pas l'habitude de lire un discours préparé, mais ce sujet est si important que je voulais m'assurer que chaque mot et chaque fait scientifique soient exacts.

Je m'en tiens à cette déclaration, car j'ai consacré ma carrière à la recherche et au développement de vaccins. Je suis vacciné contre le Covid et je suis généralement pro-vaccination. J'ai consacré toute ma carrière au développement de moyens sûrs et efficaces pour prévenir et traiter les maladies infectieuses. Voilà mon message :

Avant de faire injecter votre enfant - une décision qui est irréversible - je voulais vous faire connaître les faits scientifiques concernant ce vaccin génétique, qui est basé sur la technologie du vaccin ARNm que j'ai créée.

Il y a trois points essentiels que les parents doivent comprendre avant de prendre cette décision irrévocable.

Le premier est qu'un gène viral sera injecté dans les cellules de votre enfant. Ce gène oblige l'organisme de votre enfant à fabriquer des protéines de pointe toxiques. Ces protéines provoquent souvent des dommages permanents dans les organes critiques des enfants. Ces organes comprennent leur cerveau et leur système nerveux, leur cœur et leurs vaisseaux sanguins, y compris des caillots sanguins, le système reproducteur. Et le plus important : ce vaccin peut déclencher des changements fondamentaux dans leur système immunitaire.

Le point le plus alarmant à ce sujet est qu'une fois que ces dommages ont eu lieu, ils sont irréparables. Ils ne peuvent pas être inversés. Vous ne pouvez pas réparer les lésions à l'intérieur de leur cerveau. Vous ne pouvez pas réparer les cicatrices du tissu cardiaque. Vous ne pouvez pas réparer un système immunitaire génétiquement réinitialisé, et ce vaccin peut causer des dommages du système reproducteur qui pourraient affecter les générations futures de votre famille.

La deuxième chose que vous devez savoir est le fait que cette nouvelle technologie n'a pas été testée de manière adéquate. Nous avons besoin d'au moins 5 ans de tests et de recherches avant que nous puissions réellement comprendre les risques associés à cette nouvelle technologie. Les effets néfastes et les risques des nouveaux médicaments sont souvent révélés des années plus tard seulement. Posez-vous s’il vous plaît, en tant que parent, cette question : voulez-vous que votre propre enfant fasse partie de l'expérience la plus radicale de l'histoire de l'humanité ?

Un dernier point : la raison qu'ils vous donnent pour vacciner votre enfant est un mensonge. Vos enfants ne représentent aucun danger pour leurs parents ou leurs grands-parents. C'est en fait le contraire. Leur immunité, après avoir reçu le Covid, est essentielle pour sauver votre famille, voire le monde, de cette maladie.

Enfin, en résumé, il n'y a aucun avantage pour vos enfants ou votre famille à les vacciner contre le faible risque du virus, compte tenu des risques sanitaires connus du vaccin avec lesquels, en tant que parent, vous et vos enfants devrez peut-être vivre pour le reste de la vie.

L'analyse bénéfice-risque n’est absolument pas favorable à ces vaccins s’agissant des enfants. En tant que parent et grand-parent, je vous recommande vivement de résister et de vous battre pour protéger vos enfants.

La Source du Mal : l'obéissance inconditionnelle

 

" JE N'AI FAIT QU'OBÉIR AUX ORDRES " déclare Eichmann à ses juges

Le Monde

Publié le 08 juillet 1961 à 00h00 - Mis à jour le 08 juillet 1961 à 00h00 

Temps deLecture 1 min.


Effets secondaires vaccin Covid19 sur les femmes et "ouestmoncycle?"

 


Quels effets sur les femmes et les bébés ? 

Pourquoi vacciner ou masquer les enfants ? 

Maltraitance médicale ? 

Ignorance ou mépris des questions de santé des femmes ?






Videos de l'association : "Ou est mon cycle ? " : témoignages ... terribles










Autres Témoignages de jeunes femmes sur des douleurs neurologiques et autres : 

-----   
https://odysee.com/Entretien-avec-le-collectif-ReactC19---29-juin-2022:6b0b51d747461d5bc81d5a6aff1899ca5c5ac307 ---- 

Les avertissements sur l'absence de connaissances suffisantes sur ces produits nouveaux n'ont pourtant pas manqué, par exemple ceux du Dr Amine Umlil sur l'absence de recherche sur la pharmacocinétique : 



samedi 26 juin 2021

Notre affiche en soutien à Mila lors de la LGBT Pride de Paris

Cette journée aurait du être une journée en l'honneur de Mila, 

elle aurait du en être l'héroine.

Malheureusement : bilan de l'après midi :

en tout nous étions cinq personnes ayant manifesté en portant des affiches en soutien à Mila.

Plusieurs personnes viennent nous dire leur approbation, dont un homme du moyen orient, ( qui commente en parlant de ceux qui nous critiquent : " Qu'ils aillent voir comment c'est dans les pays arabes !" 

D'autres arrachent nos affiches et panneaux, en venant courageusement par derrière ou à 4 ou 5 garçons contre une femme, ou un homme, d'autres s'interposent. 

Certains discutent, des discussions interessantes, d'autres plus fermées, d'autres refusent.

En conclusion : grand merci à ceux et celles qui se sont interposés et soirée hémoclar .... 

Jugement d'ensemble : une situation intellectuelle catastrophique.

Notre affiche en soutien à Mila lors de la LGBT Pride de Paris :

MERCI MILA !

Oui à la liberté de conscience.  Oui à la liberté de critiquer toutes les idéologies, y compris religieuses. 

Non à : homophobie, haine, loi islamique, racisme, nazisme, exploitation capitaliste.

 

Cercle d’étude de réformes féministes

mardi 22 juin 2021

Communiqué Procès pour Mila

 La Ligue du Droit International des Femmes, le Cercle d'étude de Réformes féministes et Regards de femmes se sont portées partie civile en soutien à Mila dans le procès intenté contre ses agresseurs.

 

Afin de ne pas alourdir les débats mais de manifester notre soutien à Mila, voici la plaidoirie, volontairement brève, ce mardi 22 juin, de Maitre Linda Weil Curiel, représentant les trois associations féministes universalistes.

« REFUS DE SE LAISSER IMPORTUNER, BRAVOURE, PASSION,

ESPRIT DE LIBERTÉ ET DE RÉSISTANCE,

MILA NOUS VOUS RESPECTONS,

NOUS VOUS AIMONS,

 NOUS SOMMES À VOS CÔTÉS. »

 

Mila l’a remercié et a trouvé ces quelques paroles très émouvantes.

 

Nous attendons la décision du tribunal.

Pour rappel, dès le 1er février 2020, nous soutenions Mila, par un communiqué de presse

 

Communiqué, 1er février 2020


Affaire Mila, comment faire entendre les associations féministes laïques universalistes ?


Nous, Libres Mariannes, Ligue de Droit International des Femmes et Regards de femmes, associations féministes universalistes et laïques saluons la réactivité de toutes celles et tous ceux qui, comme nous :

  • Ont fait connaitre « l’affaire Mila », du nom de cette jeune lycéenne de 16 ans qui, réagissant au harcèlement d’un dragueur lesbophobe proférant des menaces de caractère religieux, se trouve du jour au lendemain menacée de mort et devant être protégée pour avoir critiqué en termes crus, l’islam.
  • Se sont indignés des propos révélateurs d’Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM) selon lequel : « qui sème le vent récolte la tempête ! ».  
  • Ont pointé le dérapage de la Garde des Sceaux, déclarant que « l’insulte à la religion est une atteinte à la liberté de conscience », alors qu’en mettant en cause la liberté de critiquer une religion elle réintroduit le délit blasphème. Oubliant que la religion n’est qu’une opinion.
  • Ont rappelé, à juste titre, que le droit au blasphème est inscrit dans notre histoire et dans notre loi, résultat d’un combat héroïque contre les obscurantismes. Tel était le sens de l’immense manifestation de 2015 aux cris de « Je suis Charlie ». 

 
Contrairement à ce que certains affirment, en s’étonnant du silence des associations féministes (mais ils n’en regardent qu’une partie…) nos associations, comme beaucoup d’autres avec lesquelles nous travaillons, sont solidaires de Mila et nous l’avons fait savoir dans les réseaux sociaux.

 
Il conviendrait de s’étonner plutôt du silence vis-à-vis de nos communiqués, de nos analyses, de nos alertes, de nos pétitions, de nos essais, par certains médias préférant reproduire les propos d’associations enfermant les femmes dans la soumission, prétendument choisie, aux diktats religieux du patriarcat théocratique. Nos outils sont maintenant les réseaux sociaux bien que ce soient eux aussi qui aujourd’hui massacrent Mila.

 

Nous acceptons cette contradiction pour faire entendre notre voix afin que chaque femme et chaque fille dans le monde puisse accéder aux droits humains universels, à la liberté de conscience et au droit d’exprimer ses opinions.